skip to Main Content

En 2017, 105 millions de tonnes de déchets ont été collectées

Ce mercredi 17 octobre, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) a présenté le rapport du marché du recyclage en 2017. 105 millions de tonnes de déchets ont été collectées et le chiffre d’affaires du secteur a augmenté de 5,7%.

« 2017 fut une bonne année pour le secteur du recyclage, après plusieurs années difficiles », s’est réjoui ce mercredi 17 octobre le président de Federec, Jean-Philippe Carpentier, lors de la présentation des chiffres du marché du recyclage pour l’année 2017. Les volumes collectés ont augmentés de 2% par rapport à 2016, pour atteindre un total d’environ 105 millions de tonnes. Le chiffre d’affaires du secteur a également augmenté de 5,7% et atteint plus de 9 milliards d’euros. « La capacité d’investissement des sociétés de recyclage augmente, ce qui implique aussi des créations d’emplois », souligne Jean-Philippe Carpentier. D’ailleurs, pour le président de la fédération professionnelle, « le facteur le plus satisfaisant de ce bilan 2017 est la progression des emplois dans le secteur ». En effet, on constate une évolution de 6%, pour un total de 28.356 emplois. « L’embauche montre un certain optimisme dans le moral des entreprises de recyclage », interprète Jean-Philippe Carpentier. « Cette progression a eu lieu sur l’ensemble du territoire, mais de manière plus accentuée dans les régions moins urbanisées », ajoute Manuel Burnand, directeur général de Federec.

+ 6% d’emplois

La décision de la Chine en août 2017, de stopper l’importation de nombreux déchets a obligé les entreprises à investir : 521 millions d’euros ont été investis en 2017. « Il s’agit de réindustrialiser la France et l’Europe pour traiter les déchets qu’elles exportaient en Chine », souligne le président de Federec. Pour lui, cette décision « est un facteur d’investissement et de création d’emplois ».

En 2017, on comptait 2050 établissements et 1100 entreprises de recyclage. C’est un peu moins qu’en 2016, du fait des concentrations et rachats d’entreprises survenus récemment. Enfin, l’activité de recyclage a permis d’éviter l’émission de 22,5 millions de tonnes équivalent CO2, ainsi que la production de 124 tWh d’énergie, indique le rapport de Federec.

Les conséquences du contexte géopolitique

De façon générale, les tonnages ont augmenté dans toutes les filières, à part dans celle des plastiques, qui enregistre une très légère baisse de 0,2%. Le président de Federec Plastiques, Christophe Viant, fait remarquer par ailleurs, que « si la décision de la Chine permet de favoriser le transport des déchets vers des installations de proximité, elle engendre également une saturation de ces usines et installations françaises, ce qui a pour conséquence une forte diminution du prix des matières ».

Selon le bilan de Federec, « 2018 s’annonce plus complexe, avec de nombreux défis pour les acteurs de la filière, compte tenu des répercussions du contexte géopolitique et économique international qui bouleversent les équilibres ». A savoir : la taxe sur l’acier imposée par Donald Trump, la politique chinoise qui étend les restrictions à l’importation des déchets, la proposition de la Norvège d’intégrer les déchets plastiques rigides dans la convention de Bâle pour les TTD, ou encore la mise en application de la feuille de route gouvernementale pour l’économie circulaire  avec notamment la création de nouvelles filières REP.

Back To Top