skip to Main Content

Œufs contaminés au fipronil : la liste des produits concernés s’allonge (gaufres, gâteaux, pâtes)

La Liste des produits concernés s’allonge

Sur son site, le ministère chargé de l’alimentation vient de publier une liste des produits retirés du marché car ils contiennent du fipronil à une concentration supérieure à la limite réglementaire (LMR = 0,005 mg/kg de produit). Il ne s’agit pour le moment que de gaufres en provenance de Pays-Bas. Ces deux listes [« produits retirés du marché » et « produits retirés du marché et rappelés chez les consommateurs »] sont évolutives, précise le ministère. Elles seront complétées au fur et à mesure des confirmations de la présence de fipronil dans des produits au-dessus de la limite autorisée », selon les informations délivrées par les fournisseurs et les résultats des contrôles officiels « conduits par les services d’inspection des directions départementales chargées de la protection des populations.

Lien : http://agriculture.gouv.fr/fipronil-liste-des-produits-retires-de-la-vente-en-france

Rappels 08 2017 Produits alimentaires contamination FIPRONIL

Historique

Le 20 juillet 2017, les autorités belges ont alerté sur la présence de fipronil dans plusieurs établissements de production d’œufs du pays. 17 Etats européens, dont la France, sont concernés par cette crise sanitaire. Le ministère français de l’Agriculture a annoncé qu’une liste des œufs contaminés mis sur le marché en France, serait bientôt dévoilée.

Œufs contaminés au fipronil : la liste des produits concernés bientôt publiée
 Pixabay
 Le 15 août 2017, suite à la révélation de la crise sanitaire dite des « œufs contaminés », le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, a annoncé que le nom de l’ensemble des produits contaminés serait rendu public dans les prochains jours, « au fur et à mesure que des résultats d’analyses seront connus ». Ainsi, les marques, numéros de lot, conditionnements et dates de mise sur le marché des œufs concernés seront bientôt dévoilés.

Le 20 juillet, les autorités belges avaient lancé l’alerte à la Commission européenne sur la présence de fipronil, un insecticide, dans plusieurs ateliers de production d’œufs et de viandes de volailles pondeuses (bio et conventionnels) de Belgique. Par la suite, il s’est avéré que 17 pays européens sont concernés par la présence sur le marché de ces œufs contaminés au fipronil. La crise a même atteint la région administrative chinoise d’Hong Kong. En France, d’après le ministère de l’Agriculture, quatorze établissements notamment situés dans le Maine et Loire, la Vienne, le Morbihan et le Nord, ont reçu ces œufs en provenance des Pays-Bas et de la Belgique. Des établissements allemands et du Pas-de-Calais sont également concernés par l’utilisation du fipronil.

« Le risque sanitaire très faible » pour l’homme

L’ONG Foodwatch, qui dénonçait jusqu’ici une « gestion opaque » et exigeait la traçabilité des œufs, estime que « la décision du ministre de l’Agriculture d’informer les consommateurs plutôt que de protéger les lobbies de l’industrie agroalimentaire est une très bonne chose ». Le 11 août dernier, alors que l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail (Anses), déclarait que « le risque de survenue d’effets sanitaires apparaît très faible », compte tenu du taux de fipronil présumé et des habitudes de consommation des Français, Stéphane Travert affirmait toutefois qu’il ne pouvait donner ni chiffres, ni taux de contamination. « Une déclaration peu rassurante (…) qui laisse les consommateurs dans le flou », selon Foodwatch. L’ONG souligne également dans un communiqué, la responsabilité des fabricants et distributeurs « qui doivent garantir l’absence de substances interdites dans les produits qu’ils commercialisent ».

Si le fipronil est considéré comme « modérément toxique » pour l’homme selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il serait extrêmement dangereux pour les abeilles. Présent sur le marché depuis 1993, cet insecticide est surtout utilisé pour le traitement des poux, tiques et acariens sur les animaux de compagnie. L’Union européenne interdit toutefois l’utilisation de cet insecticide sur les animaux d’élevage destinés à la chaîne alimentaire. Selon l’Anses, plus de 200.000 œufs contaminés au fipronil ont été mis en vente sur le marché français. Pour remonter aux produits contenant des préparations à base de ces œufs (gâteaux, pâtes, sauces), le ministère de l’Agriculture a expliqué qu’il allait « effectuer une traçabilité de l’aval qui sera systématique sur l’ensemble des œufs qui proviennent des élevages contaminés ». Des centaines de milliers de poules pondeuses contaminées ont d’ores-et-déjà été abattues aux Pays-Bas notamment.

Des listes évolutives

Un dispositif d’autocontrôle a également été mis en place par les professionnels susceptibles d’être concernés. Au 22 Août, seize établissements d’ovoproduits ou de transformation d’œufs sont concernés en France, ainsi que deux conditionneurs d’œufs et 41 grossistes qui ont importé des œufs ou des produits à base d’œufs pouvant contenir du fipronil.

Back To Top