skip to Main Content

TIAC à la prison de Dijon

Selon nos informations, et confirmant un article de nos confrères de France Bleu Bourgogne, plusieurs dizaine de détenus (sur plus de 250) de la maison d’arrêt de Dijon ont été victimes de douleurs abdominales, entre maux de ventres et vomissements samedi soir. 100 personnes ont été vues par des médecins et 42 ordonnances ont été prescrites. Depuis une semaine, un mystère plane sur la maison d’arrêt de Dijon (Côte d’Or).

L’hypothèse privilégiée pour l’instant est celle de la contamination collective par le biais d’un plat de poisson

Le Samu et SOS médecins auraient été appelés sur place ainsi que les services vétérinaires afin d’effectuer des prélèvements, en cours d’analyse.

L’épisode est tel que les autorités décident d’appeler le Samu et SOS Médecin afin de recevoir les prisonniers en consultation au sein de l’établissement. Au final si une quarantaine d’ordonnances ont été délivrées, aucun cas grave n’a cependant été relevé.

Si le mystère reste encore entier quant à l’origine de ces maux de ventre, les autorités ont néanmoins des soupçons. Le suspect numéro 1 est le menu de vendredi soir qui proposait du poisson en sauce avec de la mayonnaise. « Les premiers résultats du laboratoire indiquent une possible contamination du plat témoin de filet de colin sauce hollandaise, consommé lors du repas du vendredi 11 novembre à midi. Ce qui validerait l’hypothèse d’une toxi-infection alimentaire collective. Une confirmation du germe est attendue lundi au plus tard », selon l’Agence Régionale de Santé (ARS) citée par le quotidien régional Le Bien Public.

L’ARS rappelle que « les premiers signes digestifs (diarrhées, douleurs abdominales sans fièvre) sont apparus à 23 heures, dans la nuit de vendredi à samedi ». Elle indique également qu’au vu des symptômes présentés par les détenus, le germe « bacillus cereus » pourrait être à l’origine de l’intoxication. « L’hypothèse d’une toxi-infection alimentaire collective a été privilégiée. Neuf prélèvements alimentaires ont été réalisés samedi 12 novembre par la DDPP21 sur les restes des repas de vendredi 11 midi et soir, ainsi qu’une inspection des cuisines de la maison d’arrêt.

Photo illustration LBP

Back To Top