skip to Main Content

TIAC à UCCLE dans la province de NAMUR

Des classes vertes d’une école primaire d’Uccle tournent mal: « Une gastro s’est répandue »

Des classes vertes ont tourné au fiasco, cette semaine, dans le sud de la province de Namur. « Plusieurs enfants, une vingtaine au total, ont été intoxiqués dans le centre d’hébergement« , nous a signalé un père d’élève.
Le centre d’hébergement a appelé l’AFSCA, « qui a réalisé des analyses, mais ils ne croyaient pas à une intoxication alimentaire« , nous a expliqué la directrice du centre, qui souhaitait rester anonyme. Des analyses plus poussées ont été lancées.

Vers 15h, le directeur de l’école, qui s’était rendu sur place, nous a contacté: « Manifestement quelques enfants avaient une gastro-entérite en arrivant, et ça s’est répandu là-bas« , explique-t-il. Tous les enfants sont désormais rentrés, « ils vont bien dans l’ensemble, même s’il en reste encore un ou deux fébriles« . Les élèves seront dispensés de cours ce vendredi, et feront leur retour à l’école lundi.
Concernant le centre d’hébergement, le directeur d’école maintient sa confiance en l’établissement. « Nous avons un profond respect pour le centre. L’hygiène y est impeccable« , tient-il à préciser.

Les parents ont été prévenus mercredi

Les 3e et 4e primaires (8-9 ans) d’une école d’Uccle sont arrivés lundi dans la province de Namur. « Mercredi, on a juste été prévenu par l’école que des enfants avaient été malades la nuit précédente« , nous a expliqué le papa d’élèves.

Le fils de notre témoin était l’une des victimes, mardi. « Il a eu des vomissements« . Jeudi matin, il reçoit de nouvelles informations. « On a à nouveau été prévenu qu’il y avait de nouveaux cas d’enfants malades« , confie le père. Ces mauvaises nouvelles qui lui sont parvenues a fortement inquiété notre témoin. « Le directeur m’a demandé si je pouvais aller jusque là en voiture pour aller chercher plusieurs enfants« , ajoute-t-il. Une demande qui ne l’a pas rassuré.

Un dispositif impressionnant

Selon les informations qu’ont reçues les parents, « pompier, médecin et ambulance étaient sur place, et des prélèvements sont en cours« .
De quoi impressionner les enfants… et donc les parents. Mais selon la directrice du centre, « le dispositif envoyé sur place était inadapté: le médecin de garde, du village, aurait suffi. Mais il était 20h et le dispatching a jugé nécessaire d’envoyer le SMUR ». Selon la directrice, « le médecin a dit qu’il ne fallait pas s’inquiéter ».

Back To Top