skip to Main Content

Une carence en vitamine D augmente le risque de cancer de la vessie

Selon des chercheurs britanniques, une carence en vitamine D serait associée à un risque accru de développer un cancer de la vessie. Une étude observationnelle qui demande néanmoins des confirmations.

Plusieurs travaux ont déjà associé des taux peu élevés de vitamine D à plusieurs problèmes de santé comme l’apparition de pathologies cardiovasculaires ou de cancers.

Les chercheurs de l’Université Warwick (Grande-Bretagne) se sont intéressés à un éventuel rapport entre une carence en vitamine D et le développement du cancer de la vessie. Pour cela, ils ont épluché les conclusions de 7 études conduites sur le sujet. Résultat : 5 d’entre elles établissent un lien direct !

Pour aller plus loin, ils se sont concentrés sur les cellules qui tapissent la vessie. Ainsi ont-ils montré qu’elles pouvaient activer et répondre à la vitamine D. Laquelle, à son tour, stimule les défenses immunitaires. D’après les scientifiques, une communication s’établit entre la vessie et la vitamine D.

Pour le Dr Rosemary Bland, principal auteur de ce travail, « même si de plus amples travaux doivent venir confirmer ces observations, celles-ci sont importantes dans la mesure où  le système immunitaire peut jouer un rôle dans la prévention de cancer en identifiant des cellules anormales avant qu’elles ne se développent. »

Rappelons que la fonction principale de la vitamine D est d’augmenter la capacité d’absorption de l’intestin du calcium et du phosphore. Elle est à la fois apportée par l’alimentation (poissons gras, œufs, beurre…) et synthétisée par l’organisme au niveau de la peau sous l’action des rayons solaires ou ultraviolets.

Back To Top